Hallennes-lez-Haubourdin : à 12 ans, elle publie le premier tome d’une trilogie fantastique

Hallennes-lez-Haubourdin : à 12 ans, elle publie le premier tome d’une trilogie fantastique

Elle habite à Hallennes, dont elle a fréquenté l’école et où tout a commencé quand un auteur des Halliennales a fait une intervention dans sa classe. À seulement 12 ans, elle est en train d’écrire une trilogie de « fantasy » dont le premier tome, de 274 pages, vient de sortir. Voici la belle histoire d’Anaëlle Binet, alias Léana Jel.

1010015730_B978747946Z_1_20160525104203_000_G006RUMF6_1-0.jpg

Ni ses camarades, ni ses professeurs du collège Sainte-Marie de Beaucamps-Ligny, où elle est en classe de cinquième, ne savent qu’Anaëlle Binet est aussi Léana Jel, l’auteure d’une trilogie de littérature fantastique dont le premier tome vient de sortir.

Ce n’est pas qu’elle soit timide, Anaëlle, qu’elle veuille garder tout cela au secret. « Non, mais c’est cette image de première de la classe qui est parfois un peu lourde… » précise-t-elle, révélant ainsi une maturité étonnante pour ses douze ans.

Bon, elle n’en a pas honte non plus, de son roman. Elle aurait bien tort, d’ailleurs. Car ce premier ouvrage, autoédité grâce à son oncle designer, est très prometteur

Thara, la jeune héroïne, d’Intuition, le premier tome de sa trilogie Double Monde, lui ressemble-t-elle ? « Non pas vraiment, répond Anaëlle, moi j’ai douze ans et elle a dix ans. Elle a les cheveux châtains, les yeux verts, elle est un peu solitaire et elle vit seule avec sa mère… »

« Ce qui n’est pas son cas », coupe en riant Albane, la maman d’Anaëlle. Dans la maison, et dans le jardin, il y a aussi le papa Guillaume, la petite sœur Lilou et le petit frère Anthony… Ni le papa ni la maman, plutôt d’une culture scientifique, n’écrivent. « Mais je suis sa première lectrice et sa correctrice, même s’il n’y a pas grand-chose à corriger. Anaëlle a toujours aimé lire », précise Albane.

Un auteur dans la classe

Pour ce qui est de l’écriture, le déclic est venu en 2013, avec David Khara, auteur de plusieurs grands succès de la littérature fantastique, comme la trilogie Les Vestiges de l’aube, l’invité d’honneur de la première édition des Halliennales « Il est venu dans ma classe ; il nous a expliqué comment il écrivait ses histoires. J’ai trouvé ça sympa. Et ça m’a donné envie d’essayer », se souvient Anaëlle.

« Aux vacances de Pâques suivantes, elle avait fini son premier livre, une nouvelle intitulée Le Trou Noir », annonce Albane, en montrant le petit livre imprimé lui aussi par l’oncle designer. « Oui, mais ce livre-là, on voit que c’est un enfant qui l’a écrit ! » commente Anaëlle à propos de son « ouvrage de jeunesse »… Alors que là, avec Intuition, c’est autre chose !

Invitée aux Halliennales 2016

Passionnée de fantasy, Anaëlle a complètement assimilé les conventions du genre, allant même jusqu’à imaginer une carte du pays d’Era-Léa, imprimée au début de son livre, puisant aussi dans ses autres passions : l’équitation (les chevaux ont une grande importance dans son histoire) et la musique (elle joue de la clarinette).

Les cinquante exemplaires sortis de l’imprimerie sont déjà presque tous partis. « On va devoir en rééditer, ne serait-ce que pour les Halliennales », précise Albane…

Ah oui ! Anaëlle – ou plutôt Léana Jel, son nom de plume – figure parmi les auteurs invités au désormais très coté salon des littératures fantastiques d’Hallennes, le samedi 8 octobre, où elle dédicacera Intuition et, peut-être, le deuxième tome, Perturbation, qu’elle a presque fini. On parie qu’on la reverra à d’autres salons du livre et dans les rayons des librairies dans les prochaines années !

Double Monde, tome 1 Intuition, par Léana Jel. 274 pages. 15 €. Disponible sur demande à l’adresse : ladet.brouille.edition@gmail.com.

Quelques extraits d’«Intuition»

La jeune fille a déjà une écriture extraordinairement mature. Le style est vif. Les phrases courtes. Le vocabulaire précis et d’une grande diversité. Au fil des pages se succèdent passages descriptifs et dialogues, et l’on suit avec plaisir les aventures de la petite Thara, dix ans en 2100, transportée par Chandra, le petit dragon, jusqu’à Era-Léa, pays-continent fait de déserts, de prairies, de forêts et autres paysages extraordinaires, peuplé d’humains, d’elfes et autres créatures fantastiques.

Voici quelques extraits :

PAGE 40

« Effrayée, je regardais la créature. Elle était blanche, et faisait la taille de mon poing. Recouverte d’écailles, partout de ce même blanc immaculé, presque irréel, on distinguait très bien quatre pattes, une queue qui doublait sa taille, la rendant aussi longue que mon avant-bras. Sa petite tête, fine et noble, me rappelait vaguement celle d’un loup (…) Alors, je remarquai que la queue était ornée d’une fine membrane et de pics. Soudain, la bête ouvrit grand ses ailes, que je n’avais pas remarquées, mettant fin à mes doutes.

Oui, à tous les doutes que l’on pouvait avoir.

Cette créature était bel et bien un dragon. »

PAGE 171

« J’obéis et sortis de la baignoire. La porte s’ouvrit d’elle-même. La femme me regarda avec un sourire, puis prit mes mesures.

Mais elle l’a fait il y a cinq minutes à peine !

m’étonnai-je intérieurement.

Sa bouche s’ouvrit pour parler, mais ne dit rien. Elle resta pensive un instant puis reprit :

Commençons.

Avec tous les tissus, elle se mit à m’habiller, à coudre, à me coiffer, et bien d’autres choses encore, parfois avec d’étranges machines dont je ne connaissais ni l’usage ni le fonctionnement.

Au bout d’un long moment, elle recula, m’observa, puis murmura, comme pour elle-même :

Parfait. »